Pour ceux qui aiment l’histoire médiévale

1
Le Moyen Age

Les éditions de la Sorbonne ont fait paraître ces derniers mois plusieurs ouvrages passionnants pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire médiévale. On y découvre pèle-mêle une foule d’anecdotes et d’analyses sur les origines de notre civilisation. Comment se formait le sentiment d’appartenance à un village ou à une communauté locale ? De quelle façon les Gaulois organisaient-ils leur vie politique ? Les païens et les chrétiens avaient-ils de bonnes relations les uns avec les autres ?  Autant de questions qui trouveront ici leurs réponses.


 

Communautés d'habitants au Moyen Age

Communautés d’habitants au Moyen Âge (XIe-XVe s.)

Joseph Morsel

La formation des communautés d’habitants (sous une forme villageoise ou urbaine, groupée ou non) est un phénomène clé qui a touché l’ensemble de l’Occident latin à partir du XIe siècle. Son étude a connu une certaine vogue dans le dernier quart du XXe siècle, dans divers pays d’Europe, où l’on s’est toutefois appuyé sur des présupposés notionnels et méthodologiques très variables qui ont abouti à des résultats intéressants mais peu articulés.

Il s’agi de prendre au sérieux le fait social qu’est « l’habiter », impliquant entre autres que la cohésion des communautés reposait moins sur des rapports de parenté que sur l’idée d’appartenance commune à un lieu. Cet attachement se fondait quant à lui sur la définition d’un certain nombre de ressources réservées et liées à l’habitat lui-même, d’une part, et sur la définition de pôles d’attraction durable et eux aussi monopolistiques : les églises paroissiales et leur cimetière. Avec ces deux référents que sont l’habitat et la paroisse, le statut dépendant des tenanciers paysans passe à l’arrière-plan : les agriculteurs dépendants ne sont donc plus pensés par rapport à leurs seigneurs mais par rapport à leur lieu de résidence et de culte.


 

La politique des Gaulois

La politique des Gaulois. Vie politique et institutions en Gaule chevelue (IIe siècle avant notre ère-70)

Emmanuel Arbabe

Peut-on, aujourd’hui, écrire une histoire de la Gaule ? Les descriptions faites par César dans le récit de sa conquête – la fameuse Guerre des Gaules – relèvent-elles du mirage et obéissent-elles à la seule règle de la communication politique ? Quelle était la réalité indigène des Gaules du ­Ier siècle avant notre ère ?

En reprenant l’ensemble du dossier grec et latin, cet ouvrage fait d’emblée le pari de l’unité de la Gaule en montrant comment s’y sont développées, avant César, des pratiques politiques communes : assemblées à différentes échelles, reconnaissance d’une autorité commune, mise en place de coalitions générales placées sous l’autorité de chefs de guerre dont Vercingétorix fut le dernier et le plus célèbre représentant. Après la conquête romaine, ces pratiques constituèrent une partie du socle administratif de la Gaule romaine. Ainsi l’entité gauloise fut pérennisée par le culte du Confluent, à Lyon, ignorant la tripartition provinciale imposée par Rome et obéissant en partie à une tradition héritée du temps de l’indépendance. En s’appuyant sur le dynamisme de l’archéologie régionale, cet ouvrage enrichit considérablement l’image communément partagée de la Gaule. Fini le temps où les seuls Éduens représentaient, élevés au rang de modèle unique, tout ce que l’on pensait savoir sur les Gaulois : la diversité des institutions gauloises, liées à celle des peuples de la Gaule, donne à voir une société bien plus complexe et bien plus intéressante. Le découpage provincial et la mutation civique réalisée par les Romains en 16-13 après notre ère, tout en poussant à davantage d’homogénéisation institutionnelle, ne mettent pas un terme à cette diversité. L’adaptation aux normes importées d’Italie suit en effet, selon les régions, des schémas et des rythmes variés.

Documentés par un large corpus de textes relus à l’aune de nouvelles questions et par l’exploitation d’un important matériel archéologique et numismatique, la Gaule et ses peuples trouvent ici une épaisseur politique surprenante qui renouvelle largement notre regard sur ceux qui furent longtemps considérés comme de fameux « ancêtres », nos Gaulois.


 

Beowulf au paradis

Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge

Alban Gautier

Les autorités et les penseurs chrétiens du Moyen Âge ont, en règle générale, tenu un discours extrêmement négatif à l’égard de ceux qu’ils appelaient les païens, qu’il s’agisse de figures polythéistes du passé ou d’individus professant au présent une autre religion : stupides, brutaux, sans foi ni loi, les païens sont ordinairement donnés pour damnés.

Pourtant, dans l’Europe du Nord entre la fin du VIe et le début du XIIe siècle, une poignée de personnages ont été reconnus comme de « bons païens » par des auteurs chrétiens : certains sont regardés comme fondateurs, vertueux, voire exemplaires, et il arrive même qu’on laisse entendre que l’un ou l’autre d’eux a pu accéder au salut. Ainsi le poème anglo-saxon Beowulf met en scène des personnages héroïques et positifs, laissant planer le doute sur leur sort ultime, enfer ou paradis. De fait, selon les contextes politiques, sociaux, et culturels, les réponses à ce double problème de la vertu et du salut des païens ont été très variables : ainsi, si certaines sociétés ont rapporté sans trop de réticences l’histoire héroïque de leurs ancêtres païens, d’autres ont été amenées à refouler l’essentiel d’un passé jugé incompatible avec le nouveau contexte religieux.

L’enquête progresse de façon à la fois géographique et chronologique, explorant tour à tour l’Irlande, les marges septentrionales du royaume des Francs, l’Angleterre, le pays de Galles, la Scandinavie et le monde slave occidental. Dans toutes ces régions, la question des bons païens permet d’éclairer la manière dont, au prix d’accommodements et de bricolages théologiques, les sociétés nouvellement converties ont appris à parler d’elles-mêmes à travers le miroir de l’Autre païen.

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire