Thibault Isabel: “Qui payera la crise? Les classes populaires ou la finance mondiale?”

    1
    Thibault Isabel

    Le plan de relance gouvernemental destiné à nous sortir de la crise va coûter très cher. Mais qui devra régler la facture ? Nous avons déjà vu par le passé que c’est toujours aux citoyens que les gouvernements successifs réclament des efforts. Thibault Isabel propose au contraire de reconquérir notre souveraineté politique et économique pour sortir des dogmes néolibéraux et mettre à contribution le secteur financier, ainsi que les multinationales.


     

    Le choc causé à l’économie mon­diale par la pandémie de Covid-19 a été à la fois plus rapide et plus grave que la crise finan­cière de 2008 ou même que la Grande Dépression de 1929. Au cours de ces deux épisodes, les mar­chés bour­siers se sont effon­drés d’au moins 50%, les mar­chés du crédit ont été paralysés avec des failli­tes en cascade, les taux de chô­mage ont franchi la barre de 10% et le PIB s’est contracté à un taux annua­lisé de 10% ou plus. Ce processus s’est étalé sur une durée de trois ans environ. En mars 2020, il n’a fallu que trois semaines pour laisser présager un bilan tout aussi désastreux.

    La crise du système.

    Ce serait mal analyser la situation de penser que cette crise est la conséquence exclusive de la pandémie de coronavirus. La pandémie n’a été qu’un élément déclencheur, venu enrayer la machine déjà bien grippée du système économique mondial. De nombreux experts nous alertaient depuis longtemps contre les risques d’éclatement des bulles financières, et les aberrations des marchés sont devenues patentes lorsqu’après une survalorisation délirante des actifs en janvier, ils ont été pris d’un mouvement de panique inouï face à l’annonce des premières mesures de confinement, ne connaissant un timide regain qu’à l’annonce de nouvelles interventions publiques, comme si le secteur privé attendait désormais tout des États pour le sauver.

    Le contexte est d’autant plus dramatique qu’au coût intrinsèque de la crise économique et financière va s’ajouter le coût de gestion de la crise sanitaire. Relancer une économie planétaire mise à l’arrêt pendant des mois représentera un effort titanesque, tandis que la plupart des États sont déjà lourdement endettés par la crise de 2008, qui n’a toujours pas été digérée par les comptes publics (alors que les marchés financiers engrangeaient à nouveau des bénéfices mirobolants depuis déjà plusieurs années). Selon les estimations actuelles, l’endettement des grands États occidentaux sera accru de l’ordre de 25% dans les trois prochaines années.

    Réformer la finance mondiale.

    Plusieurs observations en découlent.

    1/ Il ne saurait être question de relancer les économies nationales après la crise sans réformer radicalement le système, qui a largement démontré ses méfaits en accroissant les inégalités sociales d’une manière exponentielle et en témoignant d’une fragilité coupable qui pénalise l’économie réelle, les petites et moyennes entreprises, ainsi que les épargnes familiales.

    2/ Dans le contexte d’une mondialisation galopante, l’interconnexion des économies est devenue trop forte, ce qui rend incontrôlables les crises de toute nature – qu’elles soient sanitaires, financières, etc.

    3/ La perte de notre souveraineté industrielle, consentie au nom du libre-marché international, n’a pas apporté les opportunités économiques promises aux plus modestes et nous a affaiblis pour résister aux cataclysmes, comme en témoigne notre incapacité présente à produire des médicaments, des masques, des respirateurs en nombre suffisant.

    La course à la consommation et au productivisme se conjugue avec la spéculation pour déboucher sur un mode de vie que chacun s’accorde de plus en plus volontiers à trouver dangereux et contre-productif.

    4/ Le système économique autorise des profits privés gargantuesques pour les grandes fortunes planétaires, mais, lorsque la situation se dégrade, il sollicite l’intervention publique des États, donc les contribuables, pour payer les erreurs du passé.

    5/ Tout cela amène aussi une considération d’ordre plus philosophique : la course à la consommation et au productivisme se conjugue avec la spéculation pour déboucher sur un mode de vie que chacun s’accorde de plus en plus volontiers à trouver dangereux et contre-productif, puisque le miroir aux alouettes de la « croissance » et des « bons chiffres de l’économie » ne sert que les classes fortunées, tandis que les classes populaires voient leurs conditions d’existence se dégrader à vue d’œil (baisse du pouvoir d’achat pour les produits de première nécessité, précarisation du travail, isolement de la France périphérique, etc.).

    Macron

    Nous devrons oublier les vieilles recettes.

    Il va bien falloir rebâtir, et nous ne pourrons le faire à l’identique. De toute façon, les vieilles solutions ne fonctionneront plus, au vu des faibles marges de manœuvre qui nous restent. Emmanuel Macron lui-même avait déclaré le 16 mars : « Nous gagnerons, mais cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions seront balayées, seront remises en cause ». Dominique Strauss-Kahn faisait lui aussi son mea culpa, le 7 avril, dans les colonnes de Slate, en affirmant que les opposants de longue date à la mondialisation, jusqu’alors considérés comme « idéalistes », « doctrinaires » ou « pessimistes », avaient en fait « partiellement raison », car « il est fort probable que la crise conduise à des formes de relocalisation de la production, régionale sinon nationale ».

    On peut tout de même se demander s’il faut faire confiance à ceux qui nous ont conduit dans le mur pour nous indiquer désormais le bon chemin.

    L’aveu d’échec est courageux, mais on peut tout de même se demander s’il faut faire confiance à ceux qui nous ont conduit dans le mur pour nous indiquer désormais le bon chemin. En tout état de cause, les partisans du vieux monde vont surtout s’efforcer de sauver les meubles face à la faillite évidente du système qu’ils ont instauré.

    La pandémie nous donne une occasion unique d’envisager un réaménagement profond de notre tissu économique et social. Plus encore, elle nous l’impose. Il n’y aura pas de sortie confortable, et nous n’éviterons le pire qu’en préparant dès maintenant le changement de cap, en vue de réorienter l’épargne des ménages vers des dépenses permettant de construire une économie utile et soutenable. Reste à savoir comment et, surtout, qui va régler la facture.

    Capitalisme, la crise

    Qui va financer le plan de relance de l’économie ?

    C’est là que le bât blesse, en effet. Les belles déclarations d’intention des mondialistes néolibéraux de gauche comme de droite auront bientôt pour but de faire avaler des pilules très amères aux citoyens, à qui on demandera de se serrer la ceinture pour « réformer ».

    La crise que nous traversons constitue à la fois un choc de demande (les ménages consomment moins) et un choc d’offre (les entreprises produisent moins). Pour y faire face, les mesures mises en place par le gouvernement français sont essentiellement keynésiennes. Il s’agit donc d’investir des fonds publics pour soutenir la consommation et maintenir la production à flot. Ces mesures sont peu ou prou partagées par l’ensemble des pays européens et cautionnées par un relâchement des contraintes budgétaires du traité de Maastricht.

    Les politiques keynésiennes, sous couvert d’enracinement historique à gauche, contribuent en fait trop souvent à transformer la dette privée en dette publique, c’est-à-dire en dette des citoyens.

    Mais les politiques keynésiennes, sous couvert d’enracinement historique à gauche, contribuent en fait trop souvent à transformer la dette privée en dette publique, c’est-à-dire en dette des citoyens. Il n’est pas surprenant de ce point de vue que Nicolas Sarkozy, pourtant estampillé à droite, y ait eu massivement recours lors de la crise de 2008. Voilà où nous en sommes : les marchés s’engouffrent dans la spéculation et, en cas de fiasco généralisé, attendent benoîtement que les États payent la note en transférant la dette privée des secteurs financiers vers le secteur public pour éviter la faillite du système. Lors de l’éclatement de la crise des subprimes, les autorités en place n’ont pu empêcher la banqueroute générale qu’en endettant massivement leurs pays, après quoi les gouvernements ont dû appliquer les uns après les autres des mesures sévères d’austérité, pendant que la spéculation reprenait à plein régime.

    ProudhonSoutenir les classes populaires et moyennes.

    Il est évident que l’État se doit aujourd’hui d’organiser un plan de relance ; mais, s’il le fait avec les méthodes habituelles de l’establishment, ces mesures se solderont en dernière instance soit par la diminution drastique des services publics (c’est-à-dire par la réduction des dépenses), soit par le renforcement des impôts (c’est-à-dire par l’augmentation des recettes), soit par l’inflation (dans l’hypothèse notamment où l’on ferait tourner la planche à billets pour limiter le coût de la dette). Aucun de ces scénarios n’est souhaitable. Si l’on décide de limiter les dépenses de l’État, ce sont les classes populaires qui en feront prioritairement les frais, puisqu’ils sont les principaux bénéficiaires de la dépense publique ; et, si l’on recourt à l’impôt ou à l’inflation, ce sont plutôt les classes moyennes qui paieront la facture, puisqu’elles assument l’essentiel de l’effort fiscal et s’appuient sur leur épargne familiale pour éviter la paupérisation – or, l’épargne des Français serait très fortement rognée par une politique inflationniste.

    Monter les classes populaires et les classes moyennes les unes contre les autres a été la stratégie du parti maastrichtien pendant des décennies : on voulait faire oublier que les seuls à ne jamais payer les crises sont ceux qui les provoquent, à savoir les acteurs du monde de la finance et les très grandes entreprises.

    Monter les classes populaires et les classes moyennes les unes contre les autres a été la stratégie du parti maastrichtien pendant des décennies : on voulait ainsi faire oublier que les seuls à ne jamais payer les crises, dans la durée, sont ceux qui les provoquent en profitant des déséquilibres du système, à savoir les acteurs du monde de la finance et les très grandes entreprises. Souvenons-nous que l’inflation galopante des années 1930, après la crise de 1929, a été pour beaucoup dans la ruine des classes moyennes en Europe, notamment en Allemagne, et que cette situation traumatisante a conduit aux calamités politiques que l’on connaît : fascisme, rivalités entre nations et Seconde Guerre mondiale. L’unité du pays ne pourra donc être obtenue que si les classes populaires et les classes moyennes sont-elles mêmes solidaires face à l’épreuve, et comprennent qu’elles ont un adversaire commun : le système bicéphale des marchés dérégulés et des monstres de la mondialisation, qui risquent de devenir tout puissants après la crise, quand nombre de TPE/PME et de commerces auront dû fermer leurs portes. C’est alors Amazon qui raflera la mise ; et c’est cela qu’il faut empêcher.

    Notre monde va-t-il (vraiment) disparaître

    Le principe « pollueur-payeur » en économie.

    Pour y parvenir, néanmoins, on ne pourra se contenter de quelques rustines sur un navire qui prend l’eau de toute part. Il va falloir restructurer la coque de fond en comble. De même qu’en matière d’écologie, on applique le principe « pollueur-payeur », il faudra faire payer ceux qui ont provoqué les déséquilibres du système néolibéral mondialisé. Cela veut dire notamment : taxer les transactions financières et les revenus du capital, mettre en place un impôt universel pour lutter contre l’expatriation fiscale, taxer l’automatisation du travail, augmenter le montant de la taxe Gafam sur les services numériques ou encore taxer les grandes entreprises pour les coûts écologiques induits par leurs activités, non seulement pour renflouer les caisses de l’État, mais aussi pour réorienter le système de production et de consommation dans un sens conforme à l’équité et au bien commun. Au lieu de soigner simplement les symptômes, il est temps de s’en prendre aux vraies racines du mal.

    De même qu’en matière d’écologie, on applique le principe « pollueur-payeur », il faudra faire payer ceux qui ont provoqué les déséquilibres du système néolibéral mondialisé.

    L’autre question à poser est celle de la dette, qui va exploser. Une politique d’endettement public s’avère inévitable dans l’immédiat, mais intenable à plus longue échéance. Plus les États s’endetteront, plus les taux d’intérêt de la dette s’envoleront, plus les acteurs économiques perdront confiance en l’avenir et limiteront leurs dépenses et leurs investissements. Les mesures de relance ne peuvent être que conjoncturelles : l’austérité va revenir très rapidement sur le devant de la scène, obligeant les gouvernements européens à fermer les cordons de la bourse.

    La meilleure option consistera donc à mutualiser la dette des États européens, afin de réduire les taux d’intérêt. Mais les tensions apparues dès mars autour des Eurobonds révèlent des désaccords profonds entre les pays du sud (France, Italie, Espagne), qui y étaient dès l’abord favorables, et les pays du nord (Allemagne, Pays-Bas), qui refusaient d’en entendre parler. Ces derniers profitent en effet de la différence des taux d’intérêt entre nations. Le méca­nisme d’exploi­ta­tion des pays les plus pau­vres par les Allemands et les Néerlandais se trouve au fon­de­ment de la poli­ti­que d’aus­té­rité bud­gé­taire, dont les bases ont été mises en place avec le « grand marché unique », à la fin des années 1980. L’Allemagne profite en outre de la politique monétaire européenne pour favoriser ses exportations et les Pays-Bas doivent leur prospérité à leur politique de paradis fiscal. En l’état actuel des choses, par conséquent, l’ordre maastrichtien met les pays européens sous tutelle de l’Allemagne et de ses alliés privilégiés.

    Gilets jaunes, la crise

    Le point de vue de la France profonde.

    Certes, il est inévitable de recourir provisoirement à la dette publique afin de financer le plan de relance, dès lors qu’il n’existe pas de remède miracle ni d’argent gratuit. Mais il faudra surtout se saisir de cette occasion pour engager une réforme du système à l’issue de laquelle le choc social de la mondialisation sera mieux amorti. La révolte des Gilets jaunes et de la France périphérique, très largement soutenue par l’opinion, a montré que le pays ne voulait plus des recettes politiques appliquées depuis des décennies par tous les partis qui se sont partagé le pouvoir. La France profonde, sans laquelle on ne pourra rien rebâtir, ne veut plus d’une politique néolibérale qui accorde toujours plus de souplesse aux grandes entreprises multinationales ; et elle ne veut plus davantage d’une simple politique d’assistanat à court terme, qui conduit à l’endettement de l’État sans empêcher le démantèlement de nos services publics fondamentaux.

    La France profonde souhaite qu’on laisse à chacun d’entre nous la possibilité de travailler dignement, dans des conditions décentes, pour un salaire honorable.

    La France profonde souhaite qu’on laisse à chacun d’entre nous la possibilité de travailler dignement, dans des conditions décentes, pour un salaire honorable. C’était d’ailleurs très clairement le message porté sur les ronds-points, à l’hiver 2018-2019. Ni la droite ni la gauche de ces trente dernières années n’ont pris cette demande au sérieux. Et pour cause : rompre avec la logique de l’hypertrophie des marchés – dont on ne peut que colmater péniblement les failles avec l’hypertrophie sans fin des aides sociales – imposerait en même temps de réformer radicalement le système économique qui nous est imposé depuis les accords de Maastricht.

    Autrement dit, la réhabilitation de notre tissu économique de proximité n’est possible qu’à travers une prise de distance avec l’Union européenne, pour établir une coopération stratégique continentale à géométrie variable. C’est par ce moyen, et par ce moyen seulement, qu’il sera envisageable de renouer avec une politique protectionniste de plein emploi. Cette prise de distance rendra le recours à des systèmes de mutualisation des dettes beaucoup plus aisé – à défaut il est vrai de pouvoir compter sur le soutien de l’économie allemande –, mais elle marquera plus encore la fin des dogmes néolibéraux qui paralysent toute refonte de notre économie.

    Occupy Wall Street - La crise

    Reconquérir notre indépendance politique et économique.

    La sortie de pandémie ne sera en effet salutaire que si nous profitons de l’immense chantier en cours pour apporter les réformes indispensables à une reprise en main souveraine de nos capacités industrielles et de notre système financier. Parmi les mesures les plus pressantes, le gouvernement devra bien sûr panser les plaies ouvertes par la crise, en nationalisant certaines entreprises industrielles pour relocaliser la production de nombreux secteurs. Il sera sans doute nécessaire aussi de nationaliser les banques en difficulté, sans oublier plus tard de séparer les banques de dépôt et les banques d’affaire, pour éviter le gonflement de nouvelles bulles spéculatives et protéger davantage les épargnes. Au vu des efforts admirables fournis par les personnels soignants, il deviendra enfin indispensable de réhabiliter l’hôpital public, tout comme il deviendra indispensable de réhabiliter les services publics de proximité et les transports, laissés trop longtemps à l’abandon.

    À plus long terme, le nerf de la guerre économique, pour financer les réformes, sera de taxer ceux qui tirent le plus grand profit du système tout en payant le moins d’impôts : les grands groupes multinationaux. Sinon, quoi qu’on fasse, quelles que soient les méthodes qu’on appliquera, ce sont toujours d’abord les classes populaires ou les classes moyennes qui en feront les frais. Or, il est impossible de lutter contre des entreprises en situation de quasi-monopole qui peuvent à tout instant délocaliser l’essentiel de leur production, et qui choisissent qui plus est de payer leurs impôts aux Pays-Bas ou en Irlande plutôt que sur les territoires où elles vendent leurs produits.

    Le nerf de la guerre économique, pour financer les réformes, sera de taxer ceux qui tirent le plus grand profit du système tout en payant le moins d’impôts : les grands groupes multinationaux.

    La seule arme des États est de recourir aux circuits courts et au protectionnisme. Non pas un protectionnisme nationaliste agressif visant à écraser les pays rivaux, comme le pratiquent allègrement les États-Unis et la Chine, mais un protectionnisme concerté avec d’éventuels alliés européens. Plus ce protectionnisme global trouvera de soutien chez nos partenaires, plus il sera efficace face aux assauts économiques extérieurs, permettant aussi des collaborations fructueuses pour de grands projets communs. Paradoxalement, cette politique pourrait même donner un nouveau souffle à une certaine idée de l’Europe, en marge des institutions en place.

    L’objectif ultime consistera à dégager l’économie locale de la concurrence exercée par les grandes entreprises internationales. Le capitalisme mondialisé a pris une forme si tentaculaire qu’il en vient à broyer les idéaux de liberté qui lui avaient initialement servi de légitimation : au fond, qui peut croire désormais au mythe du self-made man, parti de rien, qui parvient à gravir les échelons de la réussite jusqu’à gagner très correctement sa vie ? Pour chacun d’entre nous, au contraire, il est devenu extraordinairement difficile de s’arracher à sa condition d’origine, précisément parce que les richesses sont de plus en plus concentrées entre les mains d’une infime minorité de grandes fortunes et que le système de marché est devenu une vaste structure technocratique, dont nous finissons par être les séides, et auxquelles les politiques n’osent même plus s’opposer. Espérons qu’avec la sortie de crise sanitaire nous sortirons également de la crise démocratico-économique du monde néolibéral. Cela ne tient en définitive qu’à nous.

    Thibault Isabel

     

    1 COMMENTAIRE

    Laisser un commentaire